Centre for Himalayan Studies
UPR 299
     
 
 
Research Axes
> Politics, conflicts and justice
> Belonging, territories and changes
> History, knowledge and heritage
> Research on borderlands
history, knowledge and heritage

- Lineages, mediums and territories. Ethno-historical approach to the Khas culture - Coordinated by Marie LECOMTE-TILOUINE
- Epic poems in Nepal - ANR Project
- Men at the service of the gods: religion and its actors in the Pin Valley (Spiti) - Pascale DOLLFUS
- Oral literature in Spiti: the Buchen, wandering actors and tellers of edifying stories - Pascale DOLLFUS
- History, representations and practices of Tibetan medicine - Fernand MEYER
- Collectors and collections - Pascale DOLLFUS

 

Lineages, mediums and territories. Ethno-historical approach to the Khas culture

Coordinated by Marie LECOMTE-TILOUINE

Photo: Satya Shrestha-Schipper

Research programme financed by the Ministry of Research for the period January 2000-December 2003

French participants: D. Berti, R. Bordes, P. Dollfus, I. Riaboff., S. Shrestha-Schipper.

Foreign participants: M. Raj Pant (Kathmandu), M. Joshi (Almora), T.B. Shrestha (Kathmandu), G. Maskarinec (Hawaii).

The focus here is on the forms of royalty in the Central and Western Himalayas which present manifest particularities compared to the classic or theoretical Hindu model, as defined, for example, by Louis Dumont.

In this model, the king owns the land and ensures that justice reigns there, while the Brahman honours the gods for the sake of the kingdom and its sovereign. The gods are an implicit component of the system, yet the priest remains the sole intermediary between the person performing the ritual –the king par excellence– and the gods. He is an expert on rites aimed at ensuring continuity in the natural and social order of the kingdom. Yet, his role is neither to interpret nor to predict: this religious sphere is separate from Brahmanic priesthood and falls to various specialists: astrologers, ascetics, shamans and mediums, or is the direct responsibility of the king who in his dreams receives instructions from the gods. By contrast, in the Western Himalayas, the king finds himself in a direct and challenging face-to-face with the gods incarnated in the oracles-mediums, who play a preponderant role in religious life. These royal figures, placed at the head of the vast human groups they represent, whether lineages or territorial communities, render justice, interpret events and predict the future course of events. The book examines the role of the mediumic institution in various contexts in the Central Himalayas, the links it entertains with the lineage and territorial organisation, as well as the mechanisms that limit the medium's power when faced with the political institution. A second section contains historical studies on the Malla Empire, which ruled over the area studied over the 12th-14th centuries, and on its capital Dullu. It also deals with the bardic and genealogical traditions associated with the ancient dynasties in this region.

The findings of this research programme are presented in the form of a book entitled Bards and Mediums. History, Culture and Politics in the Central Himalayan Kingdoms accompanied by an interactive DVD Rom, Almora Book Depot, published in 2009.

Epics in Nepal

Coordinated by Boyd MICHAILOVSKY

Crédit photo: M. Lecomte-Tilouine

Joint project financed by ANR for the period 2007-2010, run by LACITO.

Developed by Boyd Michailovsky and Marie Lecomte-Tilouine. Other participants from UPR 299: Franck Bernède and Rémi Bordes.

The survival and exclusively oral character of the epic genre in far western Nepal make this region a laboratory for the study of a tradition which is undergoing both gradual decline and reorientation at the service of a new political agenda. This project aims to assemble and archive a corpus of documents already present in France, to enrich it with new recordings and with transcriptions and translations, and finally to propose analyses from linguistic, ethnographic and musicological points of view. This corpus includes 7 recordings made in 1969 by Marc Gaborieau and Mireille Helffer, 27 videos made by Marie Lecomte-Tilouine in Dullu and Achham, 4 recordings from Doti by Rémi Bordes, and recordings and videos by Franck Bernède.

The bharat or hudkeli (after the hudko, or hour-glass shaped accompanying drum) are epics or heroic ballads declaimed and sung by musicians of the tailor caste known as hudke. The hudke is not only a musician, dancer, and bard, but also a genealogist who conserves the genealogies and glorious histories of the lineages of his noble patrons and recites them on important occasions.

The bharat present a wide variety of situations, in principle drawn from the mediaeval history of the region, and a variety of values, without necessarily choosing between them. Heros may be moved by traditional norms such as the warrior’s code of honour or his wife’s fidelity, or by other forces less often celebrated in the Hindu context, such as beauty, love, greed, cruelty, revenge, etc. The study of this corpus in its living context is a source of insight into processes of memorisation, improvisation and transmission used by the bards, and into the relations between bards and patrons without which the performances lose their purpose. Finally, the corpus is a rich source for the analysis of the place of violence and war in contemporary Nepal. Indeed, the epic tradition, which until recently appeared to have survived unchanged from the mediaeval period, came under new influences with the outbreak of the People’s War in 1996. It was widely repressed in an effort to break traditional relations of patronage, but also enriched by new compositions in which the bards, whether by command or by inclination, celebrate the deeds of Maoist warriors.

Men at the services of the gods: religion and its actors in the Pin Valley (Spiti)

Pascale DOLLFUS

Crédit photo : P. Dollfus

In Spiti, the Pin Valley is a world apart endowed with a very strong identity, where the inhabitants like to boast of its particularities and its tradition of independence. In the religious sphere, it is, for example, the only valley to house a monastery belonging to the rNying ma "Old [tantras]" orderand to shelter men with unique skills called the Buchens ("Big sons" or "Big boys"), who had already come to the attention of British civil servants in the 19th century for the peculiar ritual of "breaking of a stone over the stomach" which they perform.

The first part of the study deals with these wandering actors and storytellers, a tradition said to have been found by a Tibetan theatre inventor, Thangtong Gyepo, a famous Tantrist and yogi in the 15th century.

The second part concerns the mediums, who are addressed as "the masters of the god", and into whom local gods descend in order to predict the future and advise devotees.

The third part focuses on the Buddhist clergy (monks and nuns), on the place and the role of its officiating priests compared to other specialists of the divine, and on the renaissance of the main monastery, Gungri, which receives substantial private donations, especially from Taiwan.

Littérature orale au Spiti : les Buchen, bateleurs et conteurs d'histoire édifiantes

Pascale DOLLFUS

Crédit photo : P. Dollfus

Déclarée moribonde en 1932 par Roerich, la petite confrérie des Buchen ("Grands fils" ou "Grands garçons") connaît un essor sans précédent lié, en partie, à l'ouverture de la région au tourisme. Mais ce regain de popularité n'est pas sans conséquence. Si le mode d'apprentissage traditionnel perdure, la transmission ne se fait plus exclusivement par voie héréditaire. Parallèlement, le statut et la fonction dans la société de ces hommes évoluent, leur répertoire change. À la demande d'organisations gouvernementales et non gouvernementales, ils ont ainsi accepté d'intégrer à leurs représentations des saynètes pour la protection de la nature ou mettant en garde contre les maladies sexuellement transmissibles et, en particulier, le SIDA.

Conjointement à l'étude de ces transformations récentes et, plus largement, du mouvement de patrimonialisation en cours au Spiti, a été entrepris - en collaboration avec Patrick Sutherland ( Reader in Photojournalism, School of Media, LCC , Londres) - la constitution d'un corpus consacré au répertoire des Buchen. Dans un premier temps, il s'agit d'enregistrer et de filmer les performances de ces bateleurs et conteurs qui "oeuvrent pour le bien-être des hommes et la propagation de la doctrine" , de dresser un inventaire des peintures historiées et des textes en leur possession, ainsi que des masques, costumes et accessoires qu'ils utilisent ; dans un second temps, d'en faire une analyse stylistique et anthropologique (traitement des thèmes et motifs, mise en contexte).

L'objectif est d'ensiler des chants et des récits (joués ou contés) menacés de disparition, mais également de voir comment ils se transforment ou sont remplacés.

Histoire, représentations et pratiques de la médecine tibétaine

Fernand MEYER

Les travaux ont plus particulièrement porté sur l'histoire des premiers développements de la médecine savante au Tibet, à la fois selon les narrations qui prétendent en rendre compte dans la littérature historiographique tibétaine et d'après l'analyse des textes médicaux les plus anciens qui nous sont parvenus.

Les écrits historiographiques des érudits tibétains ont, depuis le 11 ème siècle, porté sur l'histoire de la médecine tibétaine, soit incidemment dans le cadre d'un propos plus large, soit plus spécifiquement dans des écrits traitant de l'histoire des sciences connexes du bouddhisme (grammaire, computs calendaires et mantiques, médecine, techniques de fabrication .) ou de la seule science médicale. Cette historiographie médicale tibétaine, qui est sans équivalent dans les traditions asiatiques, est particulièrement intéressante dans la mesure où elle renvoie très explicitement aux multiples influences étrangères (indiennes, chinoises, centre asiatiques, iraniennes et même gréco-romaines) qui auraient conditionné les premiers développements d'une médecine savante à l'époque de l'empire tibétain (7 ème -9 ème siècle). De fait, les emprunts indiens et chinois restent clairement repérables dans les traités normatifs de la médecine tibétaine classique, telle qu'elle a été fixée à partir du 13 ème siècle. Les traces d'une ancienne influence gréco-romaine sont moins évidentes, mais peuvent être relevées ponctuellement (comme par exemple l'emploi d'un terme dérivé de la thériaque pour désigner un certain remède), et les récits des historiens tibétains permettent de rendre compte de la présence, dans certains traités de médecine tibétaine, de développements très sophistiqués concernant la petite chirurgie et la traumatologie, ou l'uroscopie, qui n'ont aucun équivalent en Inde ou en Chine, mais qui évoquent fortement la tradition galénique.

Les narrations des historiens tibétains sont aussi confortées, dans une certaine mesure, par l'étude des quelques textes médicaux tibétains au nombre des manuscrits découverts dans l'oasis de Dunhuang (Chine), les plus anciens à nous être parvenus (sans doute 9 ème siècle). L'étude de ces quelques documents, rendue très délicate par leur vocabulaire archaïque encore mal connu et leur orthographe fluctuante, témoigne très précisément des influences notamment indiennes et chinoises qui ont alors marqué les tout premiers développements d'une science médicale au Tibet. Une étude comparative a contrasté le contenu de ces textes avec celui des traités classiques postérieurs de la médecine tibétaine, afin de dégager les continuités et les changements.

Enfin, une étude approfondie a été menée sur le Roi de la lune , un texte médical réputé, selon la tradition tibétaine, avoir été introduit de Chine au Tibet au 8 ème siècle, mais qui ne nous est parvenu que dans une édition tardive du 18 ème siècle. Quelle que soit l'antiquité réelle de ce texte qui n'a pas encore retenu l'attention des chercheurs, il témoigne lui aussi d'un syncrétisme déjà avancé combinant des éléments empruntés à l'Inde et à la Chine, mais constitue surtout très nettement un jalon intermédiaire dans le long processus historique qui sépare les manuscrits médicaux de Dunhuang des textes de la médecine tibétaine classique constituée.

Au cours d'un séjour de terrain dans une région particulièrement reculée du haut plateau tibétain, il a été possible de trouver un médecin traditionnel qui disait avoir appris de son père la technique d'opération de la cataracte, laquelle est abordée dans certains textes médicaux tibétains, mais dont il était jusque là admis qu'elle avait cessé d'être transmise depuis au moins deux générations. L'observation de la pratique chirurgicale de ce médecin, ainsi que ses explications, ont permis de beaucoup mieux comprendre les descriptions, qui sinon apparaissaient désespérément obscures, de la réclinaison de la cataracte que l'on trouve dans les traités tibétains anciens. Une panne technique a malheureusement fait que la captation vidéo du déroulement de l'opération in situ n'a pu être exploitable que très imparfaitement.

Ces recherches ont fait l'objet de séminaires à l'EPHE au cours des années 2003-2006. Un compte rendu en a été donné dans les annuaires de l'EPHE. Les recherches sur le texte ancien du Roi de la lune ont été présentées lors d'un colloque franco-japonais en 2004, et les manuscrits médicaux de Dunhuang ont fait l'objet d'une intervention dans un colloque international en 2005.

Collectionneurs/collectionné

Pascale DOLLFUS


Ghurra, guide-baratton en bois sculpté (Népal)
Photo : P. Dollfus

Ce nouveau programme de recherche, dont le titre est emprunté à B. Derlon et M. Jeudy-Ballini, s'inscrit dans le prolongement des travaux conduits dans le cadre de la mission de préfiguration du musée Branly et du programme ECHO (European Cultural Heritage Online), sur les collections d'objets himalayens et tibétains en France. Son objectif est double :

- enquêter sur les collectionneurs et leur rapport à l'objet : Quels sont leurs discours sur l'objet collectionné ? L'appréhendent-ils à la manière d'un naturaliste, d'un entomologiste, ou par la seule expérience esthétique sans s'intéresser au contexte qui l'a vu naître ou dans lequel il fut originellement conçu et/ou utilisé ?

- étudier l'histoire de la constitution des collections publiques et privées en France et de leur présentation au public. De la ferme au musée, comment les objets circulent-ils ? Quel est le regard porté sur l'objet "muséifié" ? Comment sa mise en scène varie-t-elle en fonction des modes et des époques ? Que disent les distinctions opérées entre "grande" et "petite" traditions, religions constituées et croyances tribales, Art/Archéologie, art classique/art tribal (ou primitif)/ art populaire ?