CNRS
En Fr

Partenaires


Coordonnées

  • Centre d'Etudes Himalayennes
    UPR 299 - CNRS
  • 7 rue Guy Môquet
  • 94800 Villejuif CEDEX
  • France
  • Tél : 01 49 58 37 36
  • Fax : 01 49 58 37 28
  • himalaya[at]vjf.cnrs.fr
  •  
  • Venir nous voir
  • Intranet


Accueil > Membres > Associés et Invités

Emilie Crémin

Post-doctorante en géographie

Contact : Milimoonn [at] hotmail.com

Emilie Crémin a fait une thèse dont le titre est : « Adaptation des sociétés aux changements environnementaux : gestion des ressources naturelles et recompositions territoriales. Le cas de la tribu mising de la plaine alluviale du fleuve Brahmapoutre (Assam, Nord-est de l’Inde) ». Elle a participé au projet "Nord-Est de l’Inde" financé par l’ANR.

Enclavé au Nord-est de l’Inde et centré autour de la plaine alluviale du Brahmapoutre, l’Assam constitue un axe de migration et un espace de transition entre l’aire culturelle hindoue, l’aire sino-tibétaine et l’Asie du Sud-est. Plusieurs groupes sociaux y coexistent et partagent les ressources naturelles de cette vaste zone humide. Soumises aux crues annuelles du fleuve et aux modifications de son cours, ces sociétés ont adopté un mode de vie mobile et des techniques agricoles particulières afin de maîtriser les territoires et de mettre en valeur ce milieu.
Or, face aux transformations accélérées de la plaine alluviale liées à la déforestation massive au cours de l’époque coloniale, à l’exhaussement du lit fluvial suite à l’aménagement de digues, aux modifications des régimes hydriques ainsi qu’à la densification de la population et aux nouvelles réglementations administratives, les sociétés du Brahmapoutre sont de plus en plus vulnérables aux aléas hydro-climatiques.

En raison de l’accentuation des pressions anthropiques exercées sur la plaine du Brahmapoutre, les autorités renforcent les réglementations visant à favoriser la protection des ressources naturelles et réorientent les modes de gestions « traditionnels » des territoires. Les villages affectés par l’érosion des berges ne peuvent plus être déplacés au gré des mouvements du fleuve. Les limites territoriales figées par les plans cadastraux et la raréfaction des terres engendrent des conflits d’usage entre les populations locales, les populations immigrées, notamment du Bangladesh, et les pouvoirs publics.

Ces nouvelles conditions environnementales, affectant directement les interactions entre les populations et le milieu, provoquent une crise économique et sociale, imposent la redéfinition des identités et alimentent l’émergence de revendications territoriales conduisant ainsi à des recompositions socio-spatiales.

Comment les sociétés du Brahmapoutre perçoivent-elles les contraintes du milieu fluvial ? Quelles sont leurs stratégies d’adaptation face aux transformations de la plaine alluviale du Brahmapoutre et aux restrictions administratives ? Comment les autorités publiques et les populations locales recomposent-elles les territoires suite à des problèmes environnementaux comme l’érosion des terres par le fleuve ?

Comment des revendications territoriales émergent-elles de ces changements environnementaux ?

Son étude s’appuie sur le cas de la tribu mising et sur ses échanges avec les autres sociétés de la plaine.

Mots clés : Interactions sociétés milieux, environnement, territoire

Terrains : Assam, Nord-est de l’Inde

Voir en ligne : Site personnel :