CNRS
En Fr

Partenaires


Coordonnées

  • Centre d'Etudes Himalayennes
    UPR 299 - CNRS
  • 7 rue Guy Môquet
  • 94800 Villejuif CEDEX
  • France
  • Tél : 01 49 58 37 36
  • Fax : 01 49 58 37 28
  • himalaya[at]vjf.cnrs.fr
  •  
  • Venir nous voir
  • Intranet
  •  


Accueil > Publications > Publications passées (ouvrages et volumes édités)

Nicolas Sihlé

Nicolas Sihlé

Qui sont les tantristes, et comment comprendre qu’un spécialiste bouddhique soit associé à l’exercice de rituels violents ? Pour répondre à cette interrogation, l’auteur nous fait découvrir une communauté villageoise de tantristes située dans la bordure himalayenne du monde tibétain, dans une haute vallée du nord du Népal.

Nicolas Sihlé, Rituels bouddhistes de pouvoir et de violence. La figure du tantriste tibétain, Paris, Brepols, 2013, 405 pages.

La violence occupe une place paradoxale dans le bouddhisme tantrique tibétain. Alors que l’impératif éthique de ne pas nuire aux êtres est absolument central, l’activité rituelle comporte une face beaucoup plus sombre, une face de pouvoir et de violence : celle du repoussement et de la destruction du mal. Toute une machinerie rituelle est déployée pour écarter ou tuer des démons hostiles, voire des « ennemis » aux contours vagues – la magie noire n’est pas absente. De terribles divinités protectrices sont incitées à tuer, à battre, à réduire en morceaux… Comment comprendre l’importance de cette modalité violente dans le contexte bouddhique ?
La question est d’autant plus intrigante qu’il existe un type de spécialiste religieux tibétain fortement associé à ce versant problématique du domaine rituel : le ngakpa, ou tantriste. Contrairement au moine, ce religieux spécialisé dans les rituels tantriques ne prononce pas de voeux monastiques. Qui sont les tantristes, et comment comprendre qu’un spécialiste bouddhique soit associé à l’exercice de rituels violents ? Pour répondre à cette interrogation, l’auteur nous fait découvrir une communauté villageoise de tantristes située dans la bordure himalayenne du monde tibétain, dans une haute vallée du nord du Népal. Le regard anthropologique porté sur ces religieux et leur société, sur leurs rituels et leurs questionnements éthiques permet de faire émerger des éléments de cohérence qui sous-tendent l’association des tantristes à des rituels de violence. Cette contribution importante à l’anthropologie du bouddhisme tibétain apporte un éclairage nouveau pour penser la violence de l’exorcisme et, à travers la dualité du moine et du tantriste, les champs religieux marqués par la présence de différentes formes de spécialisation religieuse.

Voir en ligne : http://www.brepols.net/Pages/ShowPr...