CNRS
En Fr

Partenaires


Coordonnées

  • Centre d'Etudes Himalayennes
    UPR 299 - CNRS
  • 7 rue Guy Môquet
  • 94800 Villejuif CEDEX
  • France
  • Tél : 01 49 58 37 36
  • Fax : 01 49 58 37 28
  • himalaya[at]vjf.cnrs.fr
  •  
  • Venir nous voir
  • Intranet
  •  


Accueil > Membres > Associés et Invités

GHIMIRE Pustak

Contact : pustakg@hotmail.fr

Sujet de thèse
« Primautés contestées. Chamling Rai, Indo-Népalais et Magar : hiérarchies, conflits de valeurs, et recompositions identitaires dans une localité des Moyennes Montagnes du Népal oriental »

Dans le terroir surpeuplé de Temma (district de Khotang), dans les montagnes de l’est du Népal, cohabitent depuis au moins deux siècles des communautés indo-népalaises (brahmanes, Chetri et Dalit), des Magar et des Chamling Rai, population autochtone de souche kiranti. Si leurs conditions de vie sont globalement comparables, chacun de ces groupes strictement endogames, dont les pratiques religieuses et la structure familiale diffèrent sensiblement, vit sur son quant-à-soi. En concurrence pour le partage de la terre, ils entretenaient des rapports peu violents, à défaut d’être cordiaux.
L’effacement progressif des chefs Rai traditionnels, puis des notables promus sous la période des panchâyat, la confusion qui a suivi la révolution démocratique de 1990, puis l’irruption en 2001 d’une guérilla maoïste associée à des nationalistes kiranti et enfin les brutales opérations menées par l’armée ont profondément perturbé les équilibres villageois et les mentalités, révélant l’ampleur des frustrations et des arrière-pensées mais également une très forte aspiration au retour de la tranquillité.
Fondée sur une connaissance du terrain acquise dans les années 80 et renouvelée par une recherche sur place en 2007, la thèse, qui décrit les particularismes anthropologiques de chacun de ces groupes, vise également à retracer sur une longue période les transformations d’abord lentes et progressives, et pour finir douloureuses et brutales, d’une société villageoise multi-communautaire et multiculturelle. La recherche porte en particulier sur les rapports de pouvoir, politique et économique, entre ces groupes, sur leurs stratégies de coopération et d’évitement, sur les traumatismes apportés par une violence venue de l’extérieur et sur la dynamique que celle-ci implique et la recomposition sociale qu’elle annonce.

Pustak Ghimire était membre du projet ANR "La guerre du peuple au Népal".

Mots-clés
- Népal
- kiranti
- indo-népalais
- castes
- multiculturalisme
- histoire locale
- maoïsme.

Terrain : Temma, district de Khotang (Népal).