CNRS
En Fr

Partenaires


Coordonnées

  • Centre d'Etudes Himalayennes
    UPR 299 - CNRS
  • 7 rue Guy Môquet
  • 94800 Villejuif CEDEX
  • France
  • Tél : 01 49 58 37 36
  • Fax : 01 49 58 37 28
  • himalaya[at]vjf.cnrs.fr
  •  
  • Venir nous voir
  • Intranet
  •  


Accueil > Publications > Publications passées (ouvrages et volumes édités)

Pascale Dollfus, François Jacquesson et Michel Pastoureau (eds)

Pascale Dollfus, François Jacquesson et Michel Pastoureau (eds)

Pascale Dollfus, François Jacquesson et Michel Pastoureau (eds), 2013, Histoire et géographie de la couleur, Paris, Le Léopard d’Or (Cahiers du Léopard d’Or 13), 327 pages. (ISBN : 9-782863-772324)

Ce livre est un des résultats majeurs du Projet "Histoire et Géographie de la Couleur. Faits de langue et systèmes de communication" 2008-2009 (http://lacito.vjf.cnrs.fr/partenariat/couleur/index.htm), domicilié au Lacito. Le but du Projet, comme le but du livre, est de montrer comment l’étude de la diversité historique et culturelle permet non seulement d’éviter les clichés hâtifs sur "les valeurs de la couleur", mais de saisir des contrastes importants ou suggère des pistes nouvelles.
L’ouvrage, après une introduction de F. Jacquesson & M. Pastoureau, comprend sept contributions accompagnées de nombreuses illustrations. A. Grand-Clément explique comment les couleurs de la peau sont significatives en Grèce Ancienne, mais pas comme "chez nous" ; les Grecs d’autrefois ne se sentent pas tellement "Blancs", et le véritable clivage est entre les hommes qui sont plus foncés, et les femmes qui sont plus claires. Les deux articles suivants se répondent, et ont été conçus en concertation. F. Jacquesson décrit les couleurs et leur lexique dans l’hébreu de Bible et du Talmud : on y voit (peut-être avec surprise) que le contraste blanc / noir est y peu pertinent, et ne correspond pas souvent à une opposition bon / mauvais. D. Kouloughli décrit les couleurs et leur lexique, avec un souci soigneux de la morphologie des mots de couleur, dans l’arabe du Coran et des "1001 Nuits". L’auteur étudie les fréquences des mots, et leurs contrastes par paires. Dans un article commun, P. Dollfus et F. Jacquesson nous emmènent devant les mosaïques qui ornent les réalisations de prestige des rois normands de Sicile ; on y voit comment les tons colorés, loin d’être fondus en clair-obscur, sont contrastés, et comment les images sont organisées par ce rythme à la fois graphique et coloré. M. Pastoureau donne ensuite deux petits essais. L’un montre la richesse et les difficultés du thème de "l’incolore" : comment représenter ce qui est sans couleur ? L’autre nous demande, avec des arguments souvent savoureux, de nous intéresser à l’histoire des drapeaux : un sujet délicat, et même dangereux. L’article final est dû à P. Dollfus et nous présente les différents registres d’emploi des couleurs au Ladakh, chez une population himalayenne. Deux palettes distinctes y coexistent : la palette naturelle et ordinaire, où les supports ont un rôle essentiel, puis la palette officielle ou symbolique, celle du bouddhisme par exemple, où les couleurs mènent une vie différente.. Les auteurs sont historiens, linguistes, anthropologues. Ils espèrent suggérer à d’autres, collègues ou non, de poursuivre dans cette passionnante et distrayante direction.

Voir en ligne : http://www.leopardor.fr/index.php/c...