Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


15-02-2019

Séminaire doctoral - Pratiques langagières - terrains, méthodes, théories
Animé par I. Léglise et V. Muni Toke
Villejuif - Bât.D - S.511 - 14h00-17h00

Alexandre Duchêne (Institut de plurilinguisme, Fribourg)
Ce que compter les langues veut dire : les sirènes de la quantification dans les coulisses du pouvoir


La quantification est séduisante (Engle Marry, 2016)à bien des égards: elle donne l’impression que nous pouvons comprendre le monde de façon objective et l’organiser par le prisme d’indicateurs chiffrés, de comparaisons statistiques et de données (dés)agrégées. Elle permet aussi de produire des régimes de connaissance et des effets de gouvernance. Dans cet exposé, j'examine ce qui se cache derrière la quantification des langues et des locuteurs-trices, comment elle est produite, par qui, avec quels intérêts et avec quelles conséquences pour qui. Partant de données historiographiques et ethnographiques sur les recensements en Suisse et ailleurs, je soutiens que c’est dans l’examen des coulisses de la quantification que se donne à voir comment les nombres se font et se défont, au gré d’intérêts conflictuels, de contingences techniques, d’(im)possibilités statistiques et d’expertises divergentes. Ces coulisses révèlent alors combien la fabrication des nombres et son utilisation mondaine et académique participent non seulement d’une tentative de gouverner les locuteurs-trices, mais aussi d’une « monstration » énumératives des langues qu’une société donnée cherche à rendre visible ou effacer.