Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


15-11-2019

Séminaire doctoral - Théories et données linguistiques
Animé par A. Donabédian et A. Mardale
INALCO - S.3.15 - 14h00-18h00

Dorian Pastor (Etudiant à l’EPHE) L’emploi du subjonctif persan et de l’optatif turc dans l’expression du prospectif
&
Anaïd Donabédian, Outi Duvallon  (SeDyL UMR8202, Inalco – CNRS) Nom nu, agglutination et individuation, le cas de l’arménien et du finnois


Dorian Pastor: Le subjonctif en persan et l’optatif en turc peuvent-ils dénoter le prospectif ? C’est l’hypothèse de départ de cette étude qui vise analyser l’emploi du mode du souhait du turc et du persan et sa possible expression du prospectif, une catégorie linguistique définie par Comrie (1976) comme un fait attendu, une action ultérieure au moment où elle est exprimée (en français, être sur le point de).
Korn & Nevskaya (2017) produisent un ouvrage destiné à la description du prospectif dans des langues géolocalisées en Eurasie et dans lequel y est également décrit le prospectif en turc et en persan. Or, dans le cas de ces langues, le subjonctif n’y est pas mentionné.
Notre étude se base sur la variante parlée du persan (Téhéran) et du turc avec un corpus entièrement constitué d’extraits issus de conversations orales et écrites (message sur internet, sms, etc.) dans un registre informel.
&
Anaïd Donabédian, Outi Duvallon:  Cette séance se déroulera sous la forme d’un échange sur la base de leurs travaux sur cette question. Après une présentation générale de la notion de nom nu, cette dernière sera située dans le système des deux langues abordées ici, qui partagent certains traits typologiques :
- au plan morphologique, l’agglutination qui n’est absolue ni en finnois (où le statut du nominatif est, de ce fait, problématique) ni en arménien,
- pour ce qui est de l’expression de la détermination, l’arménien a un article, mais pas le finnois,
- pour ce qui est de la valeur de la forme nue vis-à-vis de l’opposition de nombre, ce qui implique des similarités et des différences dans la façon de mobiliser ces marques pour exprimer l’individuation, et soulève du même coup la question plus générale de la notion de pluralité et de sa construction linguistique.
Références :
Duvallon, Outi (2019), « Pluralité indéfinie et individuation de la référence: les quantifieurs finnois moni et monta ‘plusieurs’», in Bonnot, Duvallon, de Penanros, Individuation et référence nominale à travers les langues, Lambert-Lucas, 2019, p. 79-104
Donabedian, A. « Nom nu et tropisme typologique : le cas de l’arménien »,  in Floricic F. (ed.), Essais de typologie et de linguistique générale, mélanges offerts à Denis Creissels, Lyon, ENS Editions, 2010, 403-416
Donabedian, A., « Неоформленный субъект в западноармянском языке — к вопросу о неаккузативности », 1/2010, 24-45 (élaboration d’un travail paru en français : « Sujets nus en arménien ; inaccusativité ou énonciation?», in Le sujet, une catégorie en question, Cahiers de Linguistique de l’Inalco, 6/2006-2007, 129-153)
Donabédian, A., « Le pluriel en arménien moderne », in Faits de Langues, 2/1993, 179-188.)