Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives


06-11-2015

Séminaire doctoral - Théories et données linguistiques
Animé par A. Donabédian et A. Mardale
INALCO - S.3.03 - 14h00-18h00

Julie HASLE, INaLCO (M2)
Étude de la construction de la voix médio-passive en arabe égyptien

Dana NICULESCU (Universiteit van Amsterdam - Faculteit der Geesteswetenschappen)
Old Romanian pronominal clitics ‒ enclisis and proclisis


Julie HASLE :
Le travail entrepris l'année passée nous a montré que si l'identification des formes permettant la construction de la voix passive en arabe égyptien n'était à première vue pas un point difficile, puisqu'un préfixe verbal bien connu remplit ce rôle, à savoir t-, la réduction de ce marqueur en marqueur de la voix passive en propre ne semble cependant pas possible, et ce pour plusieurs raisons.
D'une part, le découpage de ce préfixe sur le plan morphématique pose problème dans le cadre de la morphologie dérivationnelle discontinue associée à l'arabe. Celui-ci remet en effet en cause la construction des formes verbales par insertion d'éléments consonantiques et vocaliques solidaires dans une racine lexicale trilitère, en dissociant les différents constituants du schème pour leur attribuer un sens en propre.
D'autre part, comme dans beaucoup de langues du monde, ce marqueur est polysémique, et se rapproche plutôt de la voix médio-passive, puisque lui sont aussi associés le passif, le réflexif, le réciproque, et l'anti-causatif. Ce constat est lié au premier point soulevé, puisqu'il constitue un des arguments en faveur du découpage morphématique.
La présence de la marque t- ne permet donc pas seule d'identifier une voix. Le contexte syntaxique est nécessaire pour la caractériser. Ainsi, la présence d'arguments et leur marquage sur le verbe font partie des critères qui différencient les voix entre elles.
De plus, l'interface composite de la voix oblige à considérer aussi l'aspect sémantique. Là encore, le sens de la base de dérivation ne peut être ignoré, dans la perspective où il s'agirait bien d'une préfixation. En effet, il s'agira de déterminer si la préfixation modifie un sens préalable, ou si un schème porteur d'un sens en propre permet la formation de nouveaux verbes à partir de la racine.
Autant du point de vue morphologique, quant à la question de l'existence d'un préfixe, que du point de vue syntaxique, dans la manière de gérer les arguments, les formes associées à la voix moyenne devront être étudiées dans leur rapport aux autres formes verbales issues de la même racine lexicale, mais aussi dans leur rapport entre elles afin de révéler les similitudes dans leurs comportements.

Dana NICULESCU :
In both old (OR) and modern Romanian (MR) pronominal clitics adjoin to the finite or non-finite verb, which functions as their syntactic host. From its oldest attestations, there is no evidence for the existence of Wackernagel clitics in Romanian, i.e. second position clitics, as in Slavic languages. An extensive corpus analysis of 16th century OR texts shows that pronominal clitics are verb-oriented and are generally avoided in absolute first position in the clause. This can be seen as a consequence of the fact that the old Romance Tobler-Mussafia law was still at least partially observed at this stage in the evolution of the language. Due to the avoidance of first sentence position, we can notice a relatively high frequency of pronominal enclisis in the first OR texts, with those verb forms that allow for both pre- and postverbal clitics. Starting with the 17th century, when the Tobler-Mussafia Law did not function any longer, there is a gradual increase of proclisis, and by the end of the 18th century we encounter the word order typical for standard MR, meaning that enclisis only occurs with imperatives and gerunds. Modern Romanian dialects, do, however, still allow for enclisis of pronominal clitics, e.g with the indicative, as well as with the imperative, which is evidence for the co-existence of two competing systems in these varieties, the older one, characteristic of OR, and the new one, of standard MR.