Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


24-06-2014

Séminaire doctoral - Pratiques langagières - terrains, méthodes, théories
Animé par I. Léglise et V. Muni Toke
Villejuif - Bât.D - S.511 - 14h00-18h00

Gerald Stell - University of the West Indies, UWI/UP
Tensions ethniques et choix de lingua franca : Indications d’un continuum multiethnolectal à Windhoek, Namibie


En s’intéressant de plus en plus explicitement aux manifestations linguistiques d’identités pan-ethniques en voie de formation, la sociolinguistique s’est surtout focalisée sur l’Europe urbaine, et relativement peu sur les contextes urbains post-coloniaux, alors qu’elle pourrait y découvrir des indicateurs appréciables de nation-building. Afin d’illustrer ce rôle que pourrait jouer la sociolinguistique, je propose une étude de cas portant sur la Namibie, un pays africain portant les stigmates d’un héritage ségrégationniste articulé en termes ethnolinguistiques. Sur la base d’un corpus d’interactions interethniques expérimentalement mises sur pied à Windhoek, la capitale, j’identifie et décris les dynamiques linguistiques de convergence et de divergence/maintien d’une à l’autre combinaison interethnique d’interlocuteurs. Sur la base des schémas d’alternance codique observés durant ces interactions, j’identifie tout d’abord les symptomes d’une dichotomie linguistique générale entre namibiens blancs et non-blancs. J’identifie également les symptômes d’un registre stylistique pan-ethnique partagé par les groupes non-blancs, mais dont la variation interne reflète tout de même les divisions socio-historiques opposant les groupes ethniques du nord et ceux du sud de la Namibie. Finalement, je place les résultats linguistiques de l’étude dans la perspective des observations sociologiques qui ont été faites des dynamiques acculturatives interethniques en Namibie, ceci dans le but de souligner l’apport que peuvent faire les ‘études multiethnolectales’ à la description des processus post-coloniaux de nation-building.