Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


23-06-2015

Typologie aréale - Axe 3
Responsables C. Chamoreau &  A. Donabédian
Villejuif - Bât.D - S.511 - 10h

Albert Alvarez (Université de Sonora)
Le syncrétisme entre nominalisation et relativisation en langues cahites : origines et évolution


Cette présentation a pour but de montrer les stratégies de relativisation en langues cahites (téhuèque, yaqui, mayo, appartenant à la famille uto-aztèque, nord-ouest du Mexique) et de démontrer que celles-ci renvoient en fait à des structures de nominalisation grammaticale. Après avoir présenté les caractéristiques nominalisatrices que l’on peut observer en synchronie, nous nous intéresserons à l’origine des marqueurs de nominalisation et aux routes de grammaticalisation qui ont donné lieu aux structures de relativisation actuelles. Il sera ainsi proposé que des marqueurs de phrase nominale (le classificateur possessif de noms inanimés –ye et le suffixe pluriel de noms animés –me) ont été réanalysés comme nominalisateurs et qu’un ancien suffixe nominalisateur de sujet (suffixe –u) présentant des restrictions aspectuelles est devenu de nos jours un nominalisateur d’objet en Yaqui, ce qui a provoqué le recrutement par analogie d’une postposition pour rendre compte de la même fonction nominalisatrice en Mayo. Ces aspects diachroniques confirment le fonctionnement nominalisateur observé en synchronie et signalent clairement que la relativisation en langues cahites correspond en fait à une fonction non-référentielle de la nominalisation qui n’est autre que la fonction modificatrice d’une nominalisation grammaticale appositive. Ces données nous permettront dans un dernier point de problématiser la notion de proposition relative pour ce type de langues.