Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


04-12-2015

Séminaire doctoral - Théories et données linguistiques
Animé par A. Donabédian et A. Mardale
INALCO - S.3.03 - 14h00-18h00<

Richard HUYGHE (Université Paris Diderot, EA 3967 CLILLAC-ARP)
La sémantique des noms d’action en français


Les noms d’action (Nact) sont une pierre angulaire du lexique nominal. Ils constituent l’une des catégories majeures des typologies nominales, aux côtés des noms d’objet et de propriété, et sont vraisemblablement les plus nombreux — plus de 10 000, si l’on additionne les noms recensés dans Verbaction[1] et dans le lexique complémentaire de Bittar (2010). Peu de travaux abordent pourtant frontalement la question de la sémantique des Nact, la catégorie étant plus souvent appréhendée par le truchement de certaines constructions caractéristiques (verbes supports, prépositions temporelles, périphrases aspectuelles, etc.) et de phénomènes généraux comme la polysémie.
L’essentiel de la réflexion sur les Nact se trouve dans les travaux sur les nominalisations verbales. A la suite de Grimshaw (1990), de nombreux auteurs ont étudié, dans diverses langues, les propriétés syntaxiques des noms déverbaux, et en particulier leurs variations de structure argumentale (cf. pour le français Meinschaefer 2004, Van de Velde 2006, Beauseroy et al. 2011, Condette et al. 2012). La période récente a également vu se développer les travaux de morphologie portant sur la diversité des procédés de construction des nominalisations (cf. Kelling 2001, Martin 2009, Ferret & Villoing 2012, Fradin à paraître). Il reste que le recouvrement entre nominalisations et Nact est partiel, les N déverbaux pouvant exprimer d’autres catégories que l’action (états, agents, instruments, etc.), et les Nact n’étant pas tous dérivés de verbes.
Nous nous proposons dans cette présentation de poser les bases d’une description sémantique générale des noms d’action, qui prenne en considération leur diversité de construction morphologique et syntaxique. Il s’agit dans un premier temps de déterminer les critères d’identification qui s’appliquent à l’ensemble des Nact, au-delà des prototypes déverbaux, agentifs et prédicatifs. L’aspect dynamique apparaît comme l’élément de définition fondamental de la catégorie. Il implique la double construction avec des expressions temporelles (de localisation ou de durée) et des verbes supports d’action ou d’événement (effectuer, avoir lieu, etc.). L’organisation interne de la classe des Nact sera ensuite étudiée, et différents principes d’hétérogénéité sémantique seront détaillés. Il sera établi que l’aspect nominal n’est pas calqué sur le modèle verbal, et que certaines propriétés descriptives, touchant à l’individuation des actions et à leur forme de réalisation, relèvent spécifiquement du domaine nominal. Enfin, nous examinerons les propriétés polysémiques des Nact, d’après leur capacité à dénoter d’autres participants de l’action (agents, instruments, résultats, etc.) et à associer en contexte les interprétations multiples.


[1] Ressource lexicale en ligne : http://redac.univ-tlse2.fr/lexiques/verbaction.html.

redac.univ-tlse2.fr/lexiques/verbaction.html.