Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


22-06-2017

PLURIEL - Axe 2
Resp.  I. Léglise, V. Muni Toke et S. Alby
INALCO - salle 3.15 - 10:00-12:00

Monica Heller (Université de Toronto)
Langue, capitalisme, colonialisme: qui a droit à la citoyenneté ?


Cette communication est basée sur un livre qui paraîtra cette année chez University of Toronto Press (M. Heller et B. McElhinny, Language, Capitalism, Colonialism: Towards a Critical History). Le livre, de manière assez ambitieuse, développe une approche à l’histoire des idées sur le rapport langue-langage-société-culture qui met l’accent sur le rôle de ces idées dans la construction de la différence et des inégalités sociales dans le contexte des processus intriqués du capitalisme et du colonialisme (et qui constitue donc un plaidoyer pour une approche qui tient compte de l’économie politique et qui insère le langage dans l’ensemble des pratiques sociales). Pour les fins de cette communication, j’insisterai sur la manière dont le concept et le terrain du langage a servi à construire des distinctions entre l’humain et le non-humain, et à les hiérarchiser, à différents moments, ainsi que sur les formes de résistance à ces opérations de distinction et de hiérarchisation – des luttes que nous qualifions de tensions autour de la citoyenneté, comprise comme droit à accès aux espaces où sont produits des ressources valorisées, et où la valeur des ces ressources est définie. Je me concentrerai spécifiquement sur le cas de la construction du champ de la « sociolinguistique » en Amérique du Nord et en Europe durant la Guerre Froide.