Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


10-10-2014

Séminaire doctoral - Pratiques langagières - terrains, méthodes, théories
Animé par I. Léglise et V. Muni Toke
Villejuif - Bât.D - S.511 - 14h00-18h00

Bertrand Masquelier
Décrire des situations d'interlocution. Ethnographie linguistique et anthropologie


L’anthropologie linguistique contemporaine (celle des trente dernières années) se présente tout à la fois comme une contribution à l’anthropologie sociale et culturelle (du moins sous certaines de ses problématique) et à la linguistique (sous les trois aspects : syntaxe, sémantique, pragmatique).
Non pas que l’anthropologie linguistique soit Une ; de fait différentes approches, parfois concurrentes, foisonnent sous ce paradigme (autrement dit au sein d’un espace de travail commun). C’est qu’en effet il y a bien un espace commun de présupposés ; ils portent, entre autres points, sur : la perspective ethnographique de l’enquête, la problématique de la praxis langagière ou de l’action au moyen du discours, les implicites idéo-logiques de toute pratique langagière, la puissance de signification des usages langagiers dans le fonctionnement indexical du langage, l’incontournable présence de contraintes sociales et sociétales sur les pratiques langagières, etc.
Pour cette présentation, je partirai de quelques exemples tirés de mes enquêtes sur la parole chantée du calypso. Ces enquêtes menées dans les Caraïbes, à Trinidad, relèvent de l’ethnographie linguistique, dans une perspective qui intègre des documents sonores « historiques », et de questions pragmatiques (et simultanément sémiotiques). Je montrerai que l’étude de cas (de pratiques langagières) soulève trois ensembles de « problèmes » (auxquels il me semble important de prêter attention). Ces derniers sont relatifs à : (1) la « description » (c’est la question notamment de la transcription) ; (2) la construction des « situations » (dans l’enquête et dans les contextes des échanges langagiers étudiés) ; enfin, (3) la primauté du paramètre de l’« interlocution » (dès lors que le langage est envisagé « en pratique », parler est une activité orientée vers autrui, parfois, concrètement, une pluralité d’autres).