Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche


03-10-2014Théories et données linguistiques
Animé par A. Donabédian et A. Mardale
INALCO - S.6.04 - 14h30-17h30
Maria ALDEA, Université de Cluj-Napoca Babes-Bolyai
L'Ecole latiniste de Transylvanie et son projet linguistique. Etude de cas: le Lexicon de Buda (1825)

La fin du 17ème siècle marque l’intégration de la Transylvanie à l’Empire des Habsbourg. Dans l’espace pluriethnique et plurilingue par excellence de la Transylvanie, la population roumaine n’est pas reconnue comme d’autres ethnies privilégiées (des nobles hongrois, des Saxons – population germanophone de Transylvanie –, et les Szekler ou les Sicules – population de Transylvanie qui parle aujourd’hui hongrois). Dans ce cadre, des jeunes Roumains convertis à l’Eglise romaine ayant choisi le chemin du sacerdoce ont pu aller étudier dans des écoles catholiques de Buda, Vienne ou Rome, ce qui leur a permis d’établir des contacts avec la « grande » Europe. Grâce à ces expériences, ils ont acquis des éléments-arguments pour montrer l’origine noble du peuple roumain et la latinité de sa langue, fait qui a renforcé la conscience nationale, manifestée par la mise en place d’un mouvement linguistique (grammatical et lexicographique) et par la parution d’ouvrages historiographiques. Ce mouvement est connu comme « Scoala Ardeleana » ou l’Ecole latiniste de Transylvanie.
Dans ce contexte, suite à l’effort intellectuel déployé par plusieurs savants provenant de la région de Transylvanie, s’étendant sur une période de plus de 30 ans, la parution en 1825 du Lexicon de Buda - un dictionnaire rédigé en quatre langues (roumain, latin, hongrois et allemand) avec de nombreux renvois au français, à l’italien, à l’espagnol, etc. – représente l’apogée de la production lexicographique de Transylvanie.
Jusqu’à présent, en raison de nombreuses difficultés d’ordre technique et linguistique, le Lexicon de Buda n’a jamais fait l’objet d’une réédition. C’est grâce à notre projet de recherche (code PN-II-RU-TE-2011-3-0170), déroulé au sein de l’Université « Babes-Bolyai » de Cluj-Napoca et financé par UEFISCDI, qu’on peut avoir aujourd’hui une édition informatisée du Lexicon (www.bcucluj.ro/lexiconuldelabuda ). Le placer dans l’espace virtuel signifie le faire re-naître et le rendre accessible à tout public, spécialiste ou non, tout en mettant à la portée des romanistes une information précieuse, vu qu’il conserve la mémoire sémantique de l’espace pluriethnique et plurilingue de la Transylvanie de la fin 18ème siècle et le début du 19ème siècle.