Sedyl - Structure et Dynamique des Langues - UMR8202 - CELIA


Archives de la recherche

Projets financés

ELDP Grant (SOAS) - Pesh au Honduras

Porteur : Claudine Chamoreau                                                                                          Español

L’objectif de ce projet est de documenter et décrire trois variétés de pesh (El Carbón, Las Marías, Moradel), la langue chibcha la plus septentrionale, parlée au Honduras par environ 200 personnes. Le pesh est une langue en grand danger de disparition puisqu’elle n’est pratiquement plus parlée par les jeunes. Le projet prévoit l’enregistrement d’un corpus digital audio et vidéo de 30 heures, qui seront transcrites et traduites en espagnol. On prévoit de transcrire, traduire, gloser et analyser la moitié, soit 15 heures. Notre objectif est de documenter différents genres, en particulier les discours traditionnels (prières et discours cérémoniels dont les pratiques sont rares) mais aussi des pratiques culinaires et médicales traditionnelles ou réadaptées. De plus, nous documenterons aussi les discours et échanges quotidiens, de façon à obtenir des enregistrements en contexte naturel. Deux volumes seront produits : un volume regroupant des textes transcrits accompagnés de photographies et de documents audio et vidéo, un second volume sera commencé lors de ce projet et continue ensuite, il s’agit d’une grammaire descriptive de référence de la langue.


Projet “Major Documentation Project 0276” financé par Hans Rausing Endangered Languages Documentation Program (HRELDP) 2014-2016 (36 mois)

Participants Claudine Chamoreau (DR2, SeDyL-CELIA), Sophie Manus (MC, Université Lyon 2), Natacha Chevrier (doctorante, Université Lyon 2), Angel Martínez Torres (Maître bilingue, locuteur de la langue), Jeremias Martínez Hernández (Maître bilingue, locuteur de la langue), Teresa Campos (Anthropologue, Directrice du Musée d’Anthropologie de San Pedro Sula)

Principaux résultats et retombées attendus

1. Documentation et description de trois variétés de pesh

La documentation permettra de focaliser trois variétés de pesh parlé dans un village traditionnel (El Carbon) et deux villages dans lesquels ont migré les habitants de El Carbon (Moradel et Las Marias). Notre objectif est de documenter différents genres, en particulier les discours traditionnels mais aussi des pratiques culinaires et médicales traditionnelles. De plus, nous documenterons aussi les discours et échanges quotidiens, de façon à obtenir des enregistrements en contexte le plus naturel possible. Les transcriptions se feront sur ELAN et les métadonnées seront fournies. Par ailleurs, un travail de comparaison des trois variétés sera mené. Ce projet a aussi pour objectif de commencer la description de la langue en particulier, le système tonal, morphologique et syntaxique. Cette langue n’a jamais été décrite et les premières explorations montrent des particularités originales pour une langue chibcha (système tonal dual, marcation sur le noyau obligatoire, système casuel, concordance verbale, etc.).

2. Produits

Deux volumes seront produits : un volume regroupant des textes transcrits accompagnés de photographies et de documents audio et vidéo (ce volume sera réalisé en espagnol tant en coopération avec les locuteurs, en particulier les deux qui participent au projet comme assistants qu’avec Teresa Campos, directrice du musée d’anthropologie de San Pedro Sula, éminente anthropologue), un second volume sera commencé lors de ce projet et continué ensuite, il s’agit d’une grammaire descriptive de référence de la langue.

3. Collaboration et recherche impliquée et participative

La coopération avec des acteurs sociaux, les enseignants bilingues en langue pesh, est primordiale afin de développer une recherche impliquée et participative. L’objectif est de former deux locuteurs au début de ce projet (qui travailleront tout le long du projet comme assistant) afin de mener une réflexion plus importante et impulser la formation d’autres acteurs sociaux. Cet objectif est mené en relation avec des missions mises en place dans le cadre de l’IRD qui ont permis de commencer la formation d’acteurs sociaux issus de la région, tous locuteurs de la langue, et qui ont vocation, une fois formés, à rester dans la région soit dans les milieux de l’enseignement de la maternelle à l’université, soit dans les administrations ou la vie associative travaillant dans des programmes où la linguistique appliquée joue un rôle central. Cet objectif est mené dans un cadre de collaborations sud-sud (en coopération avec des universités du Mexique, CIESAS et Université de Sonora).

4. Place de la recherche et aires récentes d’investigation

Une recherche sur les conséquences linguistiques des mobilités internes, migrations externes et recompositions sociales des Pesh et sur la mise en place de stratégies linguistiques différentes, pourraient révéler des dynamiques qui articulent la possible disparition de certaines variétés de la langue, d’une part et d’autre part, l’apparition de nouvelles variétés (en particulier à Las Marias, où les locuteurs de pesh sont tous trilingues, parlant le pesh, l’espagnol et le miskito, une langue de la famille misumalpa). Le contact entre langues indigènes sera ainsi étudié. Cette recherche sera liée au travail mené dans le cadre du LMI ‘Mobilités, Gouvernance et Ressources dans le bassin méso-américain’ (IRD-CIESAS) qui sera soumis en 2013 dont je suis responsable de la thématique des conséquences ethnologiques des mobilités.